Journée internationale des femmes : 6 questions à 3 de nos clientes inspirantes

Journée internationale des femmes : 6 questions à 3 de nos clientes inspirantes
March 8, 2019 Laurence Moreau

JOURNÉE INTERNATIONALE DES FEMMES : 6 questions à 3 de nos clientes inspirantes

 

En cette Journée internationale des femmes, Canidé trouvait important de souligner le travail de trois de ses clientes parmi une vague de femmes inspirantes. Nous avons voulu regrouper celles-ci sous un seul article, question de leur laisser la parole sur un sujet qui nous tient particulièrement à cœur. Voici donc le portrait d’Annie Papageorgiou, directrice générale de la Fondation Jean Lapointe, d’Eliane Cadieux, cofondatrice et directrice de création chez BESIDE et de Monica Ruffo, fondatrice de Santé Bien Cultivée / Well Told Health.

 

Dans un premier temps, Annie Papageorgiou, directrice générale de la Fondation Jean Lapointe, nous donne des conseils pour les jeunes femmes qui veulent diriger un OBNL en plus de nous dire l’impact de cette journée spéciale pour le combat de l’égalité des sexes selon elle.

CANIDÉ : Que dirais-tu aux jeunes femmes qui désirent devenir directrice générale d’un OBNL? As-tu un conseil que tu aimerais leur partager? 

ANNIE : La philanthropie est un milieu où les femmes sont très présentes. Cependant, les conseils d’administration sont encore formés majoritairement d’hommes d’affaires.

Pour diriger un OBNL, cela prend les mêmes qualifications d’excellence qu’une gestionnaire pour une organisation à but lucratif. Par contre, il faut ajouter à ces qualifications des qualités supérieures d’un leadership mobilisateur et un désir suprême de se sentir utile pour les autres. Savoir inspirer les gens, se tenir debout et croire en la force du nombre. Aux jeunes femmes qui souhaitent devenir DG d’un OBNL, je dis, foncez! Soyez grandiose, rêvez sans limites et ne laissez personne croire que votre travail est moins important que si vous dirigiez une entreprise à but lucratif. Au contraire, vous aurez le pouvoir de changer le monde!

CANIDÉ : Selon toi, quel rôle joue la journée internationale des femmes dans le combat pour l’égalité des sexes?

ANNIE : Une victoire à la fois. À chaque Journée internationale des femmes, des inégalités sont résolues et des accomplissements se réalisent. C’est important de se souvenir du chemin parcouru… mais cette journée spéciale nous permet de prendre conscience du travail qu’il reste à faire et ce qui est appelé à changer… je refuse la discrimination des sexes et je me soulève contre la dévalorisation. La journée internationale des femmes est l’occasion parfaite pour que je puisse rappeler à ma fille qu’elle doit se respecter en tant que femme et que son identité, ses idéaux et ses rêves pourront se réaliser grâce à elle, mais aussi grâce à toutes ces femmes qui jour après jour se battent pour leur dignité.

 

Dans un deuxième temps, nous vous présentons Eliane Cadieux, cofondatrice et directrice de création chez BESIDE. Non seulement a-t-elle cofondé une agence média, Éliane se retrouve cette année parmi les 30 Under 30 d’Infopresse. Elle nous en dit plus sur comment elle se sent par rapport à cet accomplissement et ce qui l’inspire le plus dans son quotidien.

CANIDÉ : Comment te sens-tu d’être parmi les 30 Under 30 d’Infopresse? C’est un bel accomplissement!

ELIANE : Je me sens vraiment choyée d’être reconnue dans le domaine, autant par mes collègues que par l’industrie. En fait, c’est vraiment une belle mention, une très grosse et belle tape dans le dos. On – les créatifs – travaille souvent dans l’ombre, on se retrouve rarement sous les projecteurs. Donc de pouvoir parler de son parcours, sa passion et de notre projet (BESIDE) sur une plateforme comme Infopresse est une occasion qu’on ne manque pas. Ça me rappelle également ce que j’ai accompli jusqu’à aujourd’hui, à même pas trente ans. Je me dis que je vais vers le bon chemin et que je peux continuer d’avancer avec mes choix et mes « feelings ».

CANIDÉ : Quelle femme t’inspire particulièrement dans ton entourage, et pourquoi?

ELIANE : Au-delà de toutes les femmes exceptionnelles qui m’entourent; mère, soeurs, amies, m’inspirant toutes à leur façon, je trouve souvent que l’entrepreneuriat a une façade ou une perception très masculine. Je n’ai aucune idée pourquoi, mais les femmes entrepreneurs m’inspirent énormément. Des femmes qui créent, qui repoussent les limites. Je pense de loin à Julie Poitras-Saulnier (Présidente et Cofondatrice de Loop) qui, je crois, joue un rôle similaire au mien dans son entreprise. Aux filles d’Origine Fleurs qui ont lâché leur job 9 à 5 pour partir une ferme fleurale et désirent changer notre façon de consommer celles-ci. Et de plus près, Claudia Roy (Head of Global Production, Associé Sid Lee) mon mentor, à qui je demande souvent conseil, autant sur le plan personnel que professionnel. On a tous des parcours différents et ce n’est pas toujours facile de s’affirmer en tant que femme « d’affaires » en étant créative, en plus de devoir jongler avec travail-amis-famille. Je ne peux qu’absorber tous les conseils qu’on me donne, pour qu’un jour, ce soit à mon tour de raconter mon histoire et d’aider les jeunes entrepreneur(es).

 

Enfin, nous vous présentons Monica Ruffo, présidente de Santé Bien Cultivée / Well Told Health. Nous lui demandons les raisons qui l’ont poussée à devenir sa propre patronne ainsi que la signification pour elle d’être une femme en affaires.

CANIDÉ : Qu’est-ce qui t’a poussée à devenir ta propre patronne, et comment aimes-tu gérer ta propre entreprise?

MONICA : Je tripe à gérer ma propre entreprise et je crois que j’ai ça dans le sang. Ma grand-mère était entrepreneure à une époque où les femmes ne l’étaient tout simplement pas. Elle a commencé en rénovant et en revendant à profit une petite maison à Rosemont et avec le temps, une étape à la fois, elle est devenue développeuse immobilière, ayant construit des parties du quartier Saint-Michel et de Montréal-Nord. Toute jeune, j’aimais la suivre lorsqu’elle allait travailler. Elle m’a énormément inspirée.

CANIDÉ : Qu’est-ce que ça signifie pour toi être une femme en affaires ?

MONICA : Pour moi, être une femme en affaires, ça signifie réaliser mon plein potentiel comme être humain et créer quelque chose à mon image qui reflète mes valeurs et mon désir de transformer positivement la société. Ça veut aussi dire de vivre ma vie en tant qu’aventure remplie d’amour, toujours à mon propre rythme.

 

Chacune de ces femmes change le monde à leur façon, et surtout grâce à leur vision.

Qu’on soit gestionnaire, créatif, entrepreneure ou autres, nous sommes avant tout des femmes.

 

Bonne Journée internationale des femmes!

La gang de Canidé

Diplômée en communication et administration publique de l'Université d'Ottawa, Laurence a travaillé dans le secteur public de la capitale nationale avant de faire le saut vers Montréal. Passionnée des arts, de la culture et du voyage, elle a comme objectif d'agir concrètement en faveur de l'environnement et d'une société meilleure de par ses responsabilités et son travail. Que ce soit enseigner l'anglais aux moines sri lankais ou cultiver du café avec des agriculteurs guatémaltèques, Laurence cherche toujours l'originalité et l'unicité du projet dans tout ce qu'elle entreprend.

0 Comments

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*